Divers

Parc de la Majella

Parc de la Majella

Les bois du parc de la Majella

Les bois représentent environ 39% de la surface du parc et sont d'une grande importance écologique, car ce sont des formations végétales structurellement évoluées.Dans le parc de la Majella, la forêt de feuillus prédomine, qui peut être attribuée à deux types principaux: - bois de feuillus à dominance de chênes duveteux, de charmes noirs ou de chênes à dinde, en particulier dans les bandes vallonnées et sous-montagnardes, des basses altitudes jusqu'à 1000 mètres; - les bois de hêtres, qui sont les plus grandes formations du parc de la Majella et se situent entre 800 -900 et 1800 mètres. Dans ces milieux les différentes espèces du loup, du chat sauvage et de la martre trouvent refuge et nourriture. Parmi les différents oiseaux on trouve l'autour des palombes et le faucon qui font leurs nids dans les bois de hêtres ainsi que l'infirmière du collier et le Pic de Dalmatie qui se nourrit dans les bois pleins d'arbres.La végétation à feuilles persistantes est constituée de pins noirs, localisés dans certaines zones rocheuses, et de chênes verts, situés sur les pentes à des altitudes plus basses. L'Autorité du Parc de la Majella œuvre à la fois pour une amélioration structurelle et fonctionnelle du bois, pour la lutte contre les incendies et la conservation d'espèces rares.


Les prairies du parc de la Majella

Les prairies sont des formations végétales composées d'herbes, généralement des plantes vivaces. Ils occupent une superficie d'environ 29,5% de la zone protégée du Parc et dominent généralement les graminées ceptiques appartenant à différents genres dont Bromus, Sesleria, Stipa, etc. en fonction de leur utilisation, ce qui affecte la différenciation floristique , les prairies sont divisées en pâturages, prairies-pâturages et prairies. Les pâturages sont liés aux morphologies des coteaux, tandis que les prairies et pâturages-prairies se trouvent principalement sur des surfaces planes ou légèrement escarpées et principalement dans les différents plateaux karstiques. Au printemps, les prairies abritent de nombreux oiseaux qui les utilisent pour se reposer et se nourrir. En été, des espèces rares comme la bergeronnette, le whinchat et la bécasse des bois nichent dans ces milieux. Les prairies sont importantes pour la biodiversité car elles sont riches en espèces et abritent des orchidées et de nombreuses espèces endémiques et rares comme le bleuet Majella qui il est exclusif au parc.


La flore du parc de la Majella

La flore existant dans le Parc National de la Majella se caractérise par une grande richesse. Les espèces et sous-espèces étudiées sont plus de 2100, soit environ 65% de la flore des Abruzzes La flore du parc est également connue pour son originalité. Il y a 5 espèces exclusives de l'aire protégée dont la Soldanella del Limare, la Pinguicola di Fiori ou la Renoncule Multidentée. D'un grand intérêt phytogéographique, ces espèces reliques, qui étaient autrefois beaucoup plus répandues. Parmi les épaves qui remontent au tertiaire, c'est-à-dire la végétation dite «laurifille», qui était présente ici il y a des millions d'années, on se souvient du houx et de la dafne laurella. Dans le parc de la Majella il y a aussi les vestiges glaciaires, qui étaient très répandus lors des différentes glaciations et sont représentés, surtout à haute altitude, par le pavot alpin, le camedrio alpin, l'astro alpin etc. La relique balkanique est bien représentée, surtout à haute altitude: il existe de nombreuses espèces réparties sur les rives du Adriatique: on se souvient du fameux Edelweiss des Apennins, du genepì des Apennins, de la gentiane dinarique, etc.


Parc de la Majella: Le paysage agricole du parc de la Majella

L'agriculture dans la région de Majella est née entre environ le cinquième millénaire avant notre ère. Depuis, l'homme exerce un contrôle sur le territoire et modifie l'environnement pour ses propres besoins. Au fil du temps, les activités humaines ont connu une grande expansion et l'homme a «construit» un paysage agricole qui préserve les traces des époques passées. Les grandes surfaces sont caractérisées par des tas massifs de pierres, résultat du travail laborieux du soi-disant "enlèvement de pierre". L'architecture traditionnelle est représentée par les célèbres murs en pierre sèche ou les cabanes en pierre construites par l'homme pour ses propres activités. Dans le parc de la Majella, le territoire présente une complexité morphologique qui détermine un paysage agricole articulé sous des formes diversifiées et variées. Dans le fond de la vallée, il y a une agriculture dynamique, avec la présence de vignes et de potagers. Dans les régions vallonnées, la culture de l'olivier est dominante, tandis que dans les hautes terres, il y a de grandes surfaces qui sont cultivées avec des céréales alternant avec des prairies fourragères. Le pastoralisme a été la principale activité dans les zones intérieures pendant des siècles, en particulier dans les contreforts et sur les pentes exposées au sud.


Vidéo: Abruzzo National Park. Parco Nazionale dAbruzzo (Octobre 2021).