Intéressant

Géraniums pourris

Géraniums pourris

Question: pourriture des géraniums

bonjour et merci d'avance pour votre réponse.

J'ai lu attentivement le vs. réponses déjà publiées sur le thème de la pourriture du géranium mais je n'ai pas trouvé d'analogie avec mon problème et donc je demande des précisions:

mes géraniums dits "francesini", présentent quelques zones de pourriture mais pas au collet des branches ou aux racines mais à l'extrémité des branches elles-mêmes.

Pendant quelques années, après la taille printanière, elles se développent très généreusement tant en végétation qu'en floraison et tout cela reste parfait, disons jusqu'à fin juin, mi-juillet. Ensuite, la décomposition commence bien que je continue à arroser tous les 8/10 jours avec un engrais liquide spécial. Une partie des feuilles se dessèche et la tige des pointes pourrit, devenant noire et "aqueuse" une fois coupée. Dans le même temps, de nouvelles pousses se développent au collet des feuilles sous-jacentes à la pourriture. Les plantes sont en caisses, face à l'est. Pendant l'hiver, je les emmène sur une terrasse sud où je n'ai pas besoin de les réparer car je les mets près du mur de la maison et ils ont du soleil toute la journée (quand il y en a). Puis au printemps: taille abondante, changement de sol de surface avec ajout de fumier et, après environ 20 jours, je commence à arroser avec un engrais spécifique. Je le répète, jusqu'à la fin juin, ils sont un spectacle et puis le drame commence. Tout cela se répète systématiquement depuis au moins 2/3 ans. Qu'est-ce que je fais mal ?

Merci beaucoup pour ce que vous pourrez me dire et pour les conseils que vous voudrez me donner.


Réponse: les géraniums pourrissent

Chère Pina,

souvent, lorsque les plantes ont des zones noircies et molles, ces symptômes sont attribués à des maladies fongiques, telles que la pourriture des racines; en fait, cependant, la pourriture des racines a tendance à se développer principalement lorsque le sol reste humide et frais pendant une longue période, ce qui est assez probable dans un pot de géranium exposé au soleil de juin. Par conséquent, le simple symptôme de la pourriture des branches n'est pas suffisant pour diagnostiquer la présence d'un parasite fongique. En plus de cela, malheureusement, les parasites qui affectent les plantes changent et augmentent d'année en année, du fait que de plus en plus souvent des fruits, des plantes, des légumes et des plantes de toutes sortes voyagent dans le monde entier et que le climat a tendance à changer. Précisément pour les raisons évoquées ci-dessus, à savoir le transport de matériel végétal et le climat européen qui devient de plus en plus sec et chaud, ces dernières années, de minuscules papillons ont émigré, de l'Afrique vers le nord de la Méditerranée; ces parasites n'étaient connus qu'il y a quelques années, car ils ne pouvaient survivre en Italie, ce n'est que depuis 2011 que leur présence a été signalée pratiquement dans toute l'Italie. Ce sont de petits papillons qui, au printemps, pondent leurs œufs près des fleurs ou dans les bourgeons du géranium; les larves qui émergent des œufs se nourrissent exclusivement de géraniums, préférant la pulpe charnue trouvée à l'intérieur des brindilles; comme les larves naissent près des fleurs, les branches qui sont d'abord touchées sont celles apicales, là où il y a des bourgeons; au fur et à mesure que les larves se nourrissent à l'intérieur de la brindille, vous remarquerez le trou d'entrée de la chenille, le trou de sortie, et entre les deux trous la branche qui noircit et sèche, avec l'intérieur pâteux, composé principalement d'excréments de la larve . Ces larves sont très voraces, et en plus des brindilles, elles se nourrissent également des feuilles, où il arrive d'en voir. Généralement, les chenilles sur les géraniums sont difficiles à remarquer, car elles sont de la même couleur que le feuillage et les tiges, plus que toute autre chose vous pouvez voir leurs excréments, dispersés ici et là sur les feuilles, sous forme de petites sphérules noires. Ces chenilles ont leur développement maximal entre mai et juin, mais l'éclosion des œufs et leur production peuvent se poursuivre jusqu'en septembre ou octobre, selon le climat. En hiver, les papillons se pupifient et hivernent parmi les feuilles, ou à l'intérieur des tiges sombres, pour être prêts à se réveiller lorsque le printemps arrive. Donc, si vos géraniums survivent d'année en année, vous continuez à élever les petites chenilles. Pour les éradiquer, il est important d'enlever les parties sombres et molles des branches, en vérifiant les branches qui ont de minuscules trous; toutes les parties taillées doivent être brûlées immédiatement, sinon les chenilles passeront d'elles à d'autres plantes. Au printemps, dès que le climat devient doux, offrez-vous immédiatement un insecticide systémique, c'est-à-dire qui entre dans la circulation de la plante, pour que les futures larves meurent dès qu'elles essaient de se nourrir de vos plantes. La meilleure méthode est d'utiliser des insecticides en comprimés, à insérer dans la terre du pot, qui se dissolvent à chaque arrosage, pour avoir une longue couverture d'insecticide. Aussi parce que, même si vous parvenez à éradiquer toutes les larves de vos plantes, considérez qu'il y a toujours les géraniums des voisins, d'où peuvent arriver des papillons d'apparence inoffensive.


Vidéo: Comment hiverner des géraniums (Octobre 2021).